Rédacteur web et auto entrepreneur, comment faire ?

auto-entrepreneur Chez redactiweb, on est pas sectaire, toutes les bonnes plumes sont les bienvenues parmi les rédacteurs web, à condition que tout ceci se fasse dans le respect de la loi. Le statut d’auto entrepreneur est l’une des pistes à explorer pour débuter une activité ou arrondir ses fins de mois en toute légalité. Salarié, étudiant, retraité ou sans emploi, voici les grandes lignes d’un statut peu contraignant qui a déjà séduit plus de 320 000 graines d’entrepreneurs.

Qui peut devenir auto preneur ?

Le statut d’auto entrepreneur est accessible à toute personne majeure, sous réserve de remplir quelques conditions. Salarié ou fonctionnaire peuvent ainsi exercer une activité complémentaire et les étudiant, retraité ou sans emploi initier une activité principale.

Pour ceci, il est nécessaire que cette activité prenne la forme d’une entreprise individuelle et ne dépasse un certain revenu. La vente de biens est plafonnée à 80 300 euros de chiffre d’affaire. Les prestataires de services, tel qu’un rédacteur web, sont limités à un chiffre d’affaire annuel de 32 100 euros. Au delà du seuil, l’auto entrepreneur sort du régime de la micro entreprise et doit inscrire son activité sous un autre statut.

Attention, les professions relevant de la TVA immobilière ou de la location de biens ne peuvent souscrire au statut d’auto entrepreneur. Certaines professions réglementées font également l’objet de restrictions.

Quels sont les intérêts du statut d’auto entrepreneur ?

Crée en 2009 pour injecter plus de souplesse dans le processus de création d’entreprise, l’une des qualités les plus appréciée du statut d’auto entrepreneur est la liberté d’organisation qui en découle,  tel que le cumul des emplois.

Au plan administratif, le point fort de ce dispositif est sa simplicité de mise en oeuvre. En quelques clics, le candidat à l’entrepreunariat est inscrit auprès des différentes administrations.  Les moins technophiles peuvent aussi se rendre au Centre de Formalités des Entreprises, à la Chambre de Commerce et d’Industrie ou bien à l’URSSAF, pour boucler leur dossier. Ce statut dispense également de se faire immatriculer auprès du Registre des Commerce et Sociétés (RCS) ou du Registre des Métiers. Quelques jours après le dépôt du dossier un numéro de siret est attribué au candidat. Il est suffisant pour facturer en bonne et due forme. En cas de résiliation, là encore les démarches sont simplifiées à l’extrême.

Contrairement à une entreprise “classique”, les charges sociales sont forfaitaires et cumulables à certains avantages fiscaux. Le barème est variable selon l’activité. Par exemple, pour un rédacteur web, le forfait des charges sociales représente 18,3% de son chiffre d’affaire. L’impôt sur le revenu est lui taxé à hauteur de 2,5% du CA. Pour 1000 euros facturés, le rédacteur doit alors versé, mensuellement ou trimestriellement, 200, 50 euros à l’Etat. En contrepartie, il est affilié à la Sécurité Sociale et cumule des trimestres pour la retraite. En optant pour le prélèvement libératoire, l’auto entrepreneur est exempté du paiement de la taxe professionnelle.

En matière de gestion d’entreprise, l’auto entrepreunariat mise également sur la facilité. Concrètement, pas de chiffre d’affaire, pas de déclaration… Dans le cas contraire, la comptabilité est allégée et se résume à la simple tenue d’un livre des recettes-dépenses.  Autre particularité de ce régime, l’auto entrepreneur n’est pas tenu de facturer la TVA et n’en récupère pas.

Pour en savoir plus :

Le site officiel des auto entrepreneurs

Le guide de l’auto entrepreneur

Etude ” Observatoire de l’auto entrepreneur”, Opinion Way, novembre 2009

Une réponse à to “Rédacteur web et auto entrepreneur, comment faire ?”